Chephren by Chephren in
Star Citizen

Nos yeux peinent à s’ouvrir face à cette blancheur du lac gelé d’Euterpe.

Les organisateurs avaient prévenu que nos pauvres corps subiraient le déchainement de la météo mais nous ne savions pas que nos rétines allaient elles aussi souffrir.

Nos véhicules étaient attroupés au centre des veilleurs de soutien. Carrack pour nous amener sur place, Cutlass pour nous abriter et d’étranges formes venues d’ailleurs pour nous observer.

La ligne d’arrivée partie se mettre en place par-delà la chaine de montagnes, curieusement sous notre propre ligne d’horizon. A moins que cela fut notre navigation qui nous jouait des tours, nous étions sur un plateau et nous devions franchir les majestueux contreforts pour ensuite nous frayer un chemin jusqu’à l’arrivée libératrice. 

La caravane que formaient les buggys au départ ressemblait étrangement à un cirque attendant son maitre de cérémonie. Mise en place ainsi on aurait dit une une ode à l’ancien temps, nos montures sereines du calme avant la tempête interprétant l’esprit des pilotes cherchant leur concentration dans ce désert gelé.

Le temps subit toujours ses propres variations et tout un chacun le vit à sa façon mais pendant une fraction de seconde, tous les battement de cœurs se coordonnèrent.

A vingt mètres de nos destriers faits de métal, prêts à bondir vers eux alors que le décompte nous est fait…

3,2,1 TOP ! Nous courons, encore et encore, la distance a l’air interminable.  Vu de l’extérieur on aurait dit une cavalcade pour fuir un ennemi imaginaire. A peine dans nos cockpits qu’il faut penser à allumer la machine et faire vrombir le moteur. Pour certains c’est la panique. Il faut faire vite, très vite et ne pas perdre le départ qui est un moment critique. Beaucoup de choses se jouent maintenant, ne pas perdre le peloton, voire en prendre sa tête pour éviter d’être gêné par les autres bêtes de course.

Les 30 premières secondes s’écoulent, les cyclones se ruent sur la glace. Ça se touche, ça slalome, on regarde de chaque côté ses concurrents mais aussi face à nous car les montagnes sont là et prêtes à nous accueillir ainsi que tous leurs dangers.

Cela fait une minute, il faut prendre une décision rapidement en se demandant : où suis-je ? Est-ce que je suis la cohorte et est-ce que je vais tout droit par le pic ? Trop tard pour la plupart des pilotes, pour d’autres l’instinct prime.

J’ai suivi le mien, le côté gauche entre un pic et un autre, il doit y avoir un plateau. Je canalise mes réflexes sur la route, on verra bien si c’était le bon choix. Bon sang, le cratère n’est pas passé loin. Évitons un maximum les pierres et les sauts sauf ceux qui me permettent de passer les plaques.

Plusieurs minutes sont passées, je ne tiens plus le compte. J’entends à la radio l’annonce des placements : Yami en tête, suivi de Chephren et Vince.

La dernière fois que j’ai fait le compte j’étais 4ème, mon instinct a vu juste, je les ai passés alors que je ne les ai même pas vus. 

J’entends les réacteurs d’un vaisseau crabe passer au-dessus de moi, j’espère que je le rattrape…

Je me demande où en sont mes frères Disorder, un coup sur mon casque, je reste concentré, je me crispe sur mon volant. J’utilise mon turbo et l’erreur n’est pas loin, je vois l’Avenger aussi, je dois vraiment arriver sur lui mais je ne l’aperçois toujours pas. Attends Yami ce n’est pas un des leaders du Rallye en plus ? Et Vince aussi je crois, t’ain faut vraiment pas que je me plante.

Radio « Annonce l’arrivée de Yami vainqueur »

Le temps commence à se gâter, le vent se lève, je sens les rafales de vent contre ma monture.  Heureusement les pneus accrochent et adhèrent bien. Tumbril c’est du costaud.

Je perçois le Freelancer Max, ils avaient dit quoi déjà, dessous puis à droite de la Valky ou gauche , sa gauche, sa droite ? Ho et puis merde.

« Ici Chephren, faites de la place j’arrive »

Faisant crisser les pneus sous l’orange contrastant avec la lune, je me rappelle au dernier moment, c’était bien à droite. L’organisateur Zelkrieg annonce mon arrivée et la valide. Je pars me placer à côté du premier et assiste au bal qui se montre ainsi devant moi. Tout le monde se place dans le classement et nous ne déplorons aucune perte sur le chemin. Dit comme cela pourrait faire sourire mais il parait que c’est récurrent.

Cette valse impose le voyage du conscient à l’inconscient. Nous explorons les deux parts de nous-mêmes en nous surpassant et en étant à la fois seul face aux éléments hostiles, ce qui a le don de nous révéler tout en étant en compétition avec notre humanité. Les autres sont un support dans un contexte donné même si chacun doit repartir malheureusement dans la grande machine mais durant un moment si l’intelligence les éveille, ils ont pu partager un questionnement opportun.

Du liens du liens.

En voilà du liens non mais !

Celui du prochain event rallye des ADB : https://starcitizen-adb.com/event/475eef6a80ba81e/Rally_Trophy_-_Acte_1_-_MICROTECH

Celui de la vidéo d’Euterpe :

Celui du trailer du trophy :

De la vue d’un des pilotes. Hatalar le bien nommé.  : https://www.twitch.tv/videos/675734863

Et pour finir un montage du monteur car il faut bien décharger un peu la pression de la course :

0
Share Post:

Related Posts

No Comments

Leave a Reply